PROJETS DU LAB

« Les Clochettes » - Le Carillon
PRÉSENTATION

[Lauréat Adaptation Changement Climatique]
 
Le Carillon, réseau de sans-abris, de commerçants et d’habitants solidaires les uns des autres lance le projet « Les clochettes ». L’objectif est de confier à une personne sans-abri l’entretien de nouveaux espaces végétalisés, et ainsi d’inverser l’image négative qu’ont les citadins sur la personne sans-abri.
 


Rôle du lab

En bref
 
  • Porteur de projet : Association La Cloche, plus connue sous le nom "Le Carillon"
     
  • Partenaires : ESI Aux Captifs, la libération,  Paris College of Art, Les Miscellanées de M.Jash,  Mairie du 10e
     
  • Expérimentation : A l'échelle d'une rue, confier l’entretien des nouveaux espaces végétalisés à un sans-abri sédentaire, avec l’appui des commerçants solidaires du réseau et des particuliers adhérents de l’association. L'enjeu est d'inverser ainsi le regard porté sur la personne sans-abri.
     
  • Problématique traitée : Renforcement du lien social
     
  • Partenaires : Mairie de Paris, Mairie du 10eme arrondissement
     
  • Territoire d’expérimentation :  La rue Fénelon, dans le 10e arrondissement de Paris
     
  • Durée souhaitée : 6 mois

Carte d'identité du projet

Porteur de projet :
Le Carillon est une association loi 1901 qui met en place des projets contribuant à la réhabilitation de l’image des plus démunis.

Le réseau regroupe des sans-abris, des commerçants et des habitants solidaires les uns des autres :

 
  • Les commerçants permettent aux personnes dans le besoin d’accéder gratuitement à des services de première nécessité : eau, toilettes, recharger son téléphone, récupérer les invendus… et l’affichent sur leur vitrine grâce au label du Carillon
     
  • Les habitants adhérents relèvent des défis solidaires chez les commerçants (ex : 1 café acheté = 1 bon pour 1 café, 1 menu acheté = 1 bon pour un repas)
     
  • Les sans-abri « Ambassadeurs » transmettent les listes de commerçants solidaires aux personnes dans le besoin, animent des ateliers pour les habitants, témoignent lors des événements, etc.
Des événements solidaires mensuels permettent de favoriser le lien de proximité et de sensibiliser sur le monde de la rue.

L’association lance maintenant Le Carillon Insertion afin de valoriser la réinsertion des sans-abri par l’activité économique et sortir les personnes à la rue de la précarité. L’association envisage de développer trois services : une conciergerie, une biscuiterie ainsi qu’une offre de végétalisation de rue (en lien avec le permis de végétaliser de la ville de Paris).



 
Expérimentation :
Le projet consiste à confier l’entretien des nouveaux espaces végétalisés à un sans-abri sédentaire, à l'échelle d'une rue.  Les commerçants solidaires du réseau, les particuliers adhérents de l’association et les habitants de la rue auront été sensibilisés à la démarche et invités à apporter leur soutien, notamment pour la végétalisation. L'enjeu est d'inverser ainsi le regard porté sur le sans abri et de favoriser l'échange.  Si le test s’avère concluant, le Carillon envisage de professionnaliser le dispositif (en s'appuyant sur le dispositif première heures pour salarier le sans-abri, en facturant le service) et éventuellement d'y ajouter des services (entretien de la voirie, aider à traverser les personnes âgées, etc.).


Caractère innovant :
L’innovation repose dans l’approche : elle replace le citoyen (qu’il soit commerçant solidaire, habitant de la rue ou bénévole du réseau) au cœur de l’action sociale et inverse le regard porté sur le sans-abri, qui contribue à l'embelissement de la rue.

 
Apports:
L’expérimentation doit permettre de créer du lien social avec les sans-abris responsables de la végétalisation. Les sans-abris étant des personnes à risque, notamment dans le cas de canicule, l'enjeu est de rompre leur isolement. La démarche contribue également à végétaliser les deux rues et à renforcer la place de la nature en ville, au bénéfice des habitants du quartier et des commerçants.
 
Comment ça marche?
 
Dans un premier temps, l’association cherchera une rue concentrant des commerçants solidaires du réseau, des particuliers adhérents de l’association ainsi qu’un sans-abri sédentaire.
Le sans-abri responsable de l’entretien des espaces végétalisés pourra laisser en gardiennage le matériel d’entretien chez un commerçant, aller chercher l’eau chez un autre, etc.
Pour financer l’expérimentation, les habitants seront invités à participer sous forme de dons. Si le test s’avère concluant, l’enjeu sera de professionnaliser le service, de le facturer et d’y ajouter des services (entretien de la voirie, aider à traverser les personnes âgées, etc.).



Pour quel territoire ? 
L'expérimentation portera rue Fénelon, dans le 10e arrondissement de Paris. 



Quelques mots avec Louis-Xavier Leca, Fondateur de l'association La Cloche  :



Louis-Xavier Leca, Fondateur de l'association, Coordinateur du Carillon

Présentez-vous en quelques mots

Louis-Xavier Leca : Spécialisé dans le montage de projets  de développement, je nourris depuis longtemps l’idée que l’action sociale existante pourrait être complétée par un mouvement positif plus décentralisé. Fort d’une expérience dans la microfinance (au Sénégal), la finance responsable (en Australie) et l’économie internationale (au  Chili), j’ai décidé d’intégrer le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire en France afin de fonder le réseau Le Carillon et participer à l’appui des plus démunis, en commençant en bas de chez moi.
 


Que souhaitez-vous tester au travers de ce programme d’expérimentations ?

Ce programme d’expérimentations nous permettra de prouver que le lien peut se recréer en toutes circonstances : que ce soit en partageant un repas ou en jardinant ensemble. Ce projet permettra d’affirmer la capacité des habitants, des commerçants et des sans-abri d’un même quartier à recréer du lien. Ce sont ces liens de bienveillance durable que l’on veut voir devenir indissociables du développement durable et des problématiques environnementales actuelles. C’est pourquoi nous voulons passer par le développement durable, et ainsi par la végétalisation urbaine,  pour favoriser la création de liens sociaux entre les personnes d’un même quartier (habitants, commerçants, sans-abri) et favoriser la réinsertion des personnes en situation précaire.
 

Quelle est la grande difficulté que vous anticipez sur ce projet ?

Si le test s’avère concluant, Le Carillon a pour vocation de proposer aux habitants du quartier des services facturés afin de mettre en place un dispositif premières heures pour salarier les sans-abri. Pour cela nous concentrons notre point de vigilance sur l’importance de rester dans une optique collective du projet, c’est pourquoi nous devrons assurer la qualité de l’accompagnement des sans-abri dans cette professionnalisation

Pour vous, une expérimentation réussie, ce serait quoi ?

Lorsque ce projet sera la source d’un changement radical de l’image négative qui existe actuellement envers la personne à la rue (i.e. « ce n’est plus celui qui enlaidi la rue, mais celui qui l’embellit »), et d’une transformation du sentiment d’impuissance des habitants d’un quartier face à des personnes à la rue en un sentiment de fraternité et de bienveillance durable et réciproque.
 


Pour en savoir plus sur l'expérimentation:


Vous pouvez les suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/lesclochettes/ et sur leur instagram : www.instagram.com/les_clochettes_paris/

Marion Apaire, responsable du suivi de l'expérimentation: marion.apaire@parisandco.com